Chants et complaintes maritimes des Terres françaises d’Amérique

Vol. 6, no. 2, Automne 2001

par JUTRAS Monique

Carte des Lieux CollectésLe Prix Mnémo 2001 a été attribué cette année à la dernière production du Chasse-Marée, maison d’édition française qui se spécialise depuis 1981 dans la publication d’anthologies de chants de marins, sous forme de recueils de chansons et de disques compacts. Il s’agit là du cinquième cahier de chants de marins et du 16e volume des disques compacts de cette collection dont le thème porte, cette fois-ci, spécifiquement sur les chants et complaintes maritimes des Terres françaises d’Amérique. On y retrouve donc des chansons provenant de l’Ontario, du Québec, de l’Acadie, de Terre-Neuve et même de la Louisiane. Publié tout récemment (malheureusement aucune date n’est indiquée ni dans le cahier de chansons ni dans le livret d’accompagnement du disque) en collaboration avec ArMen, Radio-Canada - Chaîne culturelle, la SPDTQ et le CVPV, ce dernier-né de la collection de l’Anthologie des chants de mer nous révèle non seulement un très beau répertoire de chansons et de complaintes à caractère maritime diffusées de ce côté-ci de l’Atlantique mais également tout un pan de l’histoire et de la culture française d’Amérique.

Robert Bouthillier, ethnologue québécois bien connu chez nous et oeuvrant en France depuis une dizaine d’années, a été le maître d’oeuvre de cet ouvrage en collaboration avec Michel Colleu, l’âme dirigeante du Chasse-Marée. Cette magnifique anthologie ainsi que le disque compact regorgent d’informations de type historique et ethnologique pour mieux nous faire connaître des pratiques culturelles et des événements à caractère maritime ayant marqué la vie des populations françaises de la Nouvelle-France. Chercheurs et amateurs de chansons y trouveront également nombre de renseignements concernant les collectes, la diffusion, les études et les publications de ce répertoire.

Le recueil contient la musique et les paroles de 63 chansons regroupées sous des sections thématiques : chansons « de voyageurs » à avironner ; complaintes maritimes sous-divisées en trois catégories, combat naval, navigations périlleuses, naufrages et noyades ; chants « du gaillard d’avant » ; enlèvements sur mer ; départ du marin. Chaque division fait l’objet d’un commentaire général dans lequel l’auteur aborde sommairement, à partir du contenu même des chansons, différents sujets qui peuvent relever aussi bien de l’histoire que de l’ethnologie. Par exemple dans la section intitulée « chansons « de voyageurs » à avironner, quelques aspects de la vie des « coureurs de bois » sont décrits. On souligne le caractère fonctionnel des chansons utilisées pour rythmer la cadence des avirons et on donne la référence, fort précieuse pour les chercheurs, d’une des plus anciennes collections de chansons recueillies en Amérique du Nord (collection Ermatinger, datant du début du XIXe siècle).

Dans l’ensemble, les commentaires du recueil, concis, précis et intéressants à lire, font état des thèmes et motifs récurrents à travers les différentes catégories de chansons, amorçant ainsi une analyse sommaire du contenu littéraire des chansons. Par ailleurs, dans une section située à la fin du recueil et intitulée Références des chansons, d’autres informations viennent s’ajouter, concernant soit les informateurs, les collectionneurs, les publications de différents chercheurs, la diffusion des chansons en Amérique et en Europe et, lorsqu’il y a lieu, les références historiques des chansons, dates et lieux à l’appui. On peut dire que la recherche autant que la rédaction ont été menées d’une main de maître par les concepteurs de l’ouvrage. Pour plus de commodité au niveau de la consultation, j’aurais cependant préféré que les renseignements contenus dans les Références aux chansons apparaissent dans la section anthologie, soit à la suite des paroles et de la musique de chaque chanson plutôt qu’aux dernières pages du recueil, car il devient laborieux et même fastidieux de passer continuellement d’une section à l’autre. Les chansons auraient également pu être numérotées ou apparaître dans un index par ordre alphabétique, ce qui aurait grandement facilité la consultation non seulement entre les sections du recueil mais aurait également permis de faire plus facilement le lien avec les 20 chansons contenues sur le disque compact.

D’ailleurs, certaines chansons ne portant pas le même titre dans le recueil et sur le disque, il n’est pas toujours facile de s’y retrouver. Par exemple, , pièce n° 1 du disque porte le titre du dans le recueil. Ou encore la chanson <Écoutez la complainte> s’intitule, dans le recueil, . Heureusement, les titres critiques du de Conrad Laforte et même ceux du français Patrice Coirault sont indiqués en références dans le livret du disque et dans le recueil, ce qui permettra aux chercheurs d’effectuer le travail indispensable de comparaison entre les versions. Il faut souligner aussi la beauté des illustrations contenues dans le recueil aussi bien que dans le livret d’accompagnement du disque. De magnifiques gravures et photos de différentes époques, insérées à chaque page en ce qui concerne le recueil, représentent à merveille les principaux thèmes de ce corpus maritime.

La production sonore est d’excellente qualité, et cela malgré le fait qu’on ait combiné sur un même disque des documents d’archives et des productions d’artistes professionnels enregistrées en temps et lieux différents. On doit cependant s’attendre, avec ce concept particulier, à des résultats inégaux du point de vue artistique. Personnellement, je n’aurais pas réuni sur le même disque des documents d’archives, d’intérêt strictement ethnologique à mon avis, et des produits artistiques plus raffinés et conçus pour le grand public. Même pour un auditeur averti et un amateur passionné de ce genre de chansons, dont je suis, ce n’est pas particulièrement facile d’ajuster son écoute et son état d’esprit pour passer par exemple de l’interprétation magistrale et hautement sophistiquée d’un groupe comme Suroît, à celle d’un Cyrice Dufour interprétant a capella sur l’air du  !

Malheureusement, et c’est ici une opinion toute personnelle, ce n’est pas à l’avantage des authentiques porteurs de tradition de côtoyer (dans une production sonore j’entends) des chanteurs disposant de ressources musicales plus élaborées. Question de goût personnel sans doute et d’ailleurs, une fois passées mes envies spontanées de « zapper » les pièces d’archives aux premières auditions du disque, j’ai trouvé fort intéressant, en consultant le livret, de découvrir que telle ou telle pièce d’archives provenait soit de la collection de Harry Oster en Louisiane, ou de celle de Georges Arsenault de l’Acadie, de Dominique Gauthier ou de Lacourcière-Savard dans les années ‘50, etc.

Par ailleurs, outre l’intérêt ethnologique des pièces, ce disque contient des « bijoux » de chansons. Notamment, je « craque » à tout coup pour des chansons comme celle du , interprétée dans le style cajun par la chanteuse louisianaise Marce Lacouture, ou encore , interprétée 25 ans plus tôt par Louise Forestier, par Raoul Roy et d’autres chansons aux mélodies accrocheuses que j’ai découvertes ou redécouvertes. Les amateurs de chansons traditionnelles seront certainement heureux de pouvoir entendre des pièces inédites d’artistes qu’ils apprécient déjà : Michel Faubert, Entourloupe, Jean-Claude Mirandette, Tess Leblanc, Marcel Bénéteau, Gabrielle Bouthillier, et même le groupe français Cabestan ainsi que d’autres artistes moins connus d’Ontario et de Terre-Neuve. Cependant, j’ai été très étonnée, étant donné l’importance accordée à la documentation écrite de cette production, de ne pas retrouver dans le livret d’accompagnement du disque les paroles des chansons. D’autant plus que les textes de plusieurs chansons sont difficilement audibles à l’écoute du disque (et cela autant du côté de certains enregistrements d’archives que de ceux d’artistes professionnels !)

Une autre surprise concerne l’enregistrement de la chanson à avironner de la fameuse collection Ermatinger par toute une équipe de chanteurs (réunis à l’occasion du « Camp des pays d’en-Haut » organisé à l’été 2000 par la SPDTQ) qui ont eu l’excellente idée de faire revivre le travail d’avironneur de nos anciens voyageurs canadiens en empruntant un canot de 36 pieds reconstitué historiquement et en avironnant au rythme de la chanson. Cette initiative a dû exiger toute une organisation et le résultat sonore est réussi car on entend très bien les coups d’aviron dans l’eau. Un seul problème, mais qui m’apparaît fondamental : il semble qu’on ait ramé à l’envers des temps forts de la mélodie en donnant le coup dans l’eau sur la levée rythmique plutôt que sur le posé ! Il faut dire que la rythmique de cette chanson n’apparaît pas immédiatement (par rapport à d’autres chansons beaucoup plus évidentes comme par exemple ) du fait que la première levée est précédée d’une anacrouse (ou d’une petite levée si l’on veut). Malgré tout, cette initiative audacieuse ouvre toute une avenue aux discussions, questionnements et recherches sur les pratiques et les façons de chanter de nos anciens voyageurs, dont il ne reste, pour ainsi dire, pas de témoignages.

Pour conclure, cette production méritait grandement d’être honorée et on ne peut que saluer le travail de qualité de tous les intervenants de ce projet, à commencer par les instigateurs et concepteurs Robert Bouthillier et Michel Colleu qui nous ont livré ici des documents fort précieux qui, à l’instar de nos chansons traditionnelles, traverseront le temps.